Obtenir un prêt immobilier en étant intérimaire

Obtenir un crédit en étant intérimaire : mission impossible ? Pas pour nous !

    Du fait de la situation professionnelle souvent instable des intérimaires, il est généralement compliqué pour eux de souscrire un prêt immobilier. Si c’est votre cas, rassurez-vous ! Il existe des astuces à mettre en place pour convaincre les banques d’accepter tout de même votre dossier. On vous explique tout.

    Intérimaires : pourquoi les banques sont-elles réticentes à accorder un prêt ?

    Les conditions pour obtenir un prêt immobilier sont strictes, mais généralement accessibles pour une grande partie des Français :

    • avoir une situation professionnelle stable (être en CDI ou fonctionnaire titulaire par exemple) ;
    • des revenus constants ;
    • ne pas dépasser le taux d’endettement maximal de 35 % ;
    • avoir un apport personnel d’au moins 10 % du montant du prêt.

    Par essence, une personne intérimaire ne dispose pas de la même sécurité de l’emploi qu’un salarié (hors cas particulier comme les CDI d’intérim) et ses revenus sont fluctuants en fonction de ses missions : tout ce que les banques redoutent lors d’une demande de prêt !

    Il n’est donc pas rare que les intérimaires se voient confronter à plusieurs refus de prêt de la part des établissements bancaires.

    Même problématique pour les travailleurs indépendants qui sortent également du cadre : obtenir un prêt immobilier en tant qu’auto-entrepreneur est plus compliqué, mais pas impossible.

    Vous souhaitez recevoir nos conseils et bons plans ?

    Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir le meilleur de Luko dans votre boîte mail.

    Nos conseils pour obtenir un crédit

    Pas de panique si vous êtes intérimaire et que vous recherchez un établissement prêteur pour financer votre achat immobilier. Même si votre dossier est forcément moins rassurant que celui d’une personne en CDI, il est possible d’obtenir un crédit et une assurance de prêt comportant à minimum les garanties obligatoires (décès et PTIA).

    Si vous ne l’avez pas encore fait, n’hésitez pas à contacter le FASTT (Fonds d’Action Sociale du Travail Temporaire), qui a pour mission d’aider les intérimaires à obtenir un crédit immobilier.

    Faire sa demande de prêt au bon moment

    La première chose qui pourra faire pencher la balance en votre faveur, c’est de faire votre demande de financement lorsque vous êtes en période d’emploi.

    Cela peut paraître logique, mais les banques accorderont plus de crédit à votre dossier si vous êtes en poste plutôt que lorsque vous êtes entre deux contrats !

    Pour la majorité des banques, il est impératif que l’emprunteur puisse justifier d’au moins 2 ans d’emploi sans interruption, parfois au sein de la même entreprise, au moment de la demande de prêt.

    Mettre en avant son secteur d’activité

    Si vous êtes qualifié pour travailler dans un secteur dynamique et porteur, n’hésitez pas à le mettre en avant. C’est le cas par exemple pour le BTP, la santé, le transport ou encore la logistique.

    Plus votre profil est recherché par les entreprises, plus vous aurez de propositions de contrats. Cela rassurera la banque quant au fait que vous n’aurez pas de longues périodes sans emploi qui mettraient en difficulté le remboursement du prêt.

    Présentez un historique de travail à votre conseiller bancaire, et insistez sur la régularité de vos missions. Si un employeur fait souvent appel à vous, vous pouvez également lui demander de rédiger une attestation pour appuyer votre demande de prêt.

    Avoir un apport personnel conséquent

    Comme vu précédemment, l’apport personnel demandé pour un crédit immobilier est d’au moins 10 % du capital emprunté : il doit pouvoir couvrir les frais de notaire. Cependant, ce taux n’est en vérité suffisant que pour les emprunteurs disposant d’un dossier solide.

    Si vous êtes intérimaire, vous aurez tout intérêt à augmenter au maximum votre apport personnel afin d’atteindre plutôt les 20 ou 30 %. Cela diminuera le montant de votre prêt, ainsi que les risques d’impayés pour la banque.

    Cette dernière sera également rassurée quant à votre capacité à épargner et vous permettra de négocier des conditions de prêt plus avantageuses.

    Souscrire un crédit avec un co-emprunteur

    Si vous êtes en couple, ou que vous pouvez emprunter avec vos parents par exemple, avoir un co-emprunteur peut se révéler salvateur dans votre situation.

    Si l’autre personne possède une situation professionnelle plus stable, ou des revenus plus élevés, vous pourrez rassurer les banques et augmenter par la même occasion votre capacité d’emprunt.

    Choisir la bonne quotité d’assurance

    Toujours dans le cas d’un emprunt à deux, choisir une bonne répartition de la quotité d’assurance emprunteur est indispensable. Bien que légalement non obligatoire, l’assurance de prêt est en réalité exigée par toutes les banques pour assurer un crédit : en cas de décès, d’invalidité permanente ou encore de perte d’emploi, l’assurance prend le relai et rembourse le capital restant dû.

    Si vous empruntez seul, la quotité — soit la part du crédit couverte par l’assurance — est forcément de 100 %. En revanche, à deux, la quotité peut être répartie de façon égale ou déséquilibrée entre les co-emprunteurs.

    Si vous êtes intérimaire avec des revenus fluctuants et que votre partenaire est en CDI, il est recommandé d’appliquer une plus grande quotité sur ce dernier (70 % / 30 % par exemple). Ainsi, s’il perd son emploi ou tombe malade, sa part du prêt sera prise en charge par la banque et vous n’aurez pas à assumer la totalité des mensualités seul.

    Il est également possible d’opter pour une quotité de 100 % par tête, mais le coût de votre assurance de prêt augmentera fortement.

    Si vous avez déjà essuyé quelques refus d’assurance de prêt, faire appel à un courtier spécialisé peut vous permettre d’obtenir un emprunt à des conditions qu’il serait difficile de négocier seul.

    L’importance de la garantie de prêt

    Souscrire une garantie de prêt lorsque l’on a un profil considéré comme risqué pour les banques est indispensable.

    En choisissant une hypothèque par exemple, vous assurez à la banque qu’elle sera remboursée, même dans le cas où votre assurance de prêt ne vous prendrait pas en charge. En cas de défaillance, la banque pourra alors saisir votre bien et le vendre pour récupérer son dû.

    Sur le même principe, le privilège prêteur de deniers (PPD) est encore plus rassurant pour les banques puisqu’elles auront la priorité sur tous vos autres créanciers pour être remboursées.

    Enfin, la caution de prêt souscrite auprès d’un organisme spécialisé ou d’un particulier pourra se substituer à vous et rembourser vos mensualités à votre place en cas de problème.

    Domicilier ses revenus dans l’établissement prêteur

    Ce n’est pas obligatoire, mais domicilier votre compte courant et vos comptes épargnes auprès d’une banque pourra favoriser votre demande de prêt. Évidemment, vous devrez présenter des comptes irréprochables : ni découverts, ni refus de paiement, ni impayés !

    Si vos finances vous le permettent, mettez de côté chaque mois une petite somme. Que ce soit pour alimenter votre apport personnel ou vous constituer une réserve de trésorerie pour faire face aux imprévus, la banque y sera sensible et appréciera votre capacité à épargner et gérer votre budget.

    Les prêts aidés pour les intérimaires

    Nous l’avons vu, obtenir un prêt classique en tant qu’intérimaire n’est pas mission impossible ! Cependant, il est également envisageable de demander un prêt aidé en complément pour bénéficier de conditions plus avantageuses :

    • Le PAS (Prêt Accession Sociale) : il permet d’acheter sa résidence principale sans apport personnel, et peut financer jusqu’à 100 % du projet immobilier ;
    • Le PEL (Prêt Épargne Logement) : accessible aux emprunteurs ayant ouvert un compte épargne il y a plus de 3 ans, il permet de bénéficier de conditions plus avantageuses ;
    • Le prêt conventionné : pouvant financer jusqu’à 110 % d’un achat immobilier, il est idéal pour les emprunteurs n’ayant pas d’apport personnel.
    • Le prêt familial : avoir recours à l’entraide familiale peut vous permettre de contracter un emprunt auprès de vos proches à des conditions très avantageuses ;
    • Le prêt Paris Logement : accessible uniquement aux personnes souhaitant acheter un bien dans la capitale, il s’agit d’un prêt à taux zéro accordé sous conditions de ressources par la ville de Paris.

    Certains de ces prêts sont cumulables entre eux. Il est donc parfois possible de se passer d’un prêt classique, notamment pour emprunter une petite somme !

    Cet article a été confectionné avec beaucoup de soin et d’attention par nos experts afin de vous offrir un éclairage sur le monde de l’assurance. Néanmoins, celui-ci n’a pas vocation à se soustraire aux conseils de professionnels juridiques et immobiliers.