6 solutions pour louer un appartement sans CDI

Accéder à la location sans CDI : mode d’emploi

Obtenir mon prix

Lorsqu’on débute dans la vie active, que l’on enchaîne les CDD ou que l’on se lance dans l’entreprenariat, tenter de louer un appartement sans CDI peut être décourageant. Pourtant avec l’augmentation des contrats précaires, cette situation concerne de plus en plus de personnes jeunes ou moins jeunes. En contrepartie, les bailleurs de plus en plus méfiants face aux risques de loyers impayés ont besoin d’être rassurés. Alors comment faire pour contourner cette difficulté et enfin accéder à la location ? On vous dévoile 6 solutions pour y parvenir.

Louer sans CDI : généralement plus compliqué

Par peur d’être confrontés à d’éventuels impayés, les propriétaires bailleurs exigent désormais des futurs locataires de solides garanties : emploi à durée indéterminée, revenus supérieurs à 3 fois le montant du loyer, caution d’un proche, etc. Ainsi, accéder à la location sans CDI peut s’avérer être un véritable parcours du combattant pour de nombreux candidats locataires comme :

  • les étudiants ne disposant pas d’un revenu d’appoint ;
  • les jeunes en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation ;
  • les stagiaires rémunérés ou non ;
  • les jeunes diplômés à la recherche d’un emploi ;
  • les salariés en CDD ou en en période d’essai ;
  • les intérimaires ;
  • les intermittents du spectacle ;
  • les autoentrepreneurs ou freelance ;
  • les chômeurs ;
  • etc.

Cela s’avère d’autant plus difficile dans les zones tendues, notamment dans les grandes villes, où l’offre est inférieure à la demande. Pourtant compte tenu de l’accroissement de la précarité, il est relativement courant de se retrouver dans l’une des configurations citées précédemment. Cependant, rassurez-vous, même si votre situation n’est pas idéale et que votre dossier de location ne coche pas toutes les cases, il existe bel et bien des solutions.

Vous souhaitez recevoir nos conseils et bons plans ?

Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir le meilleur de Luko dans votre boîte mail.

6 solutions pour faire accepter votre dossier

1. Compenser avec un garant solide

Pour rassurer le propriétaire, la caution solidaire est une bonne alternative qui apporte une garantie supplémentaire en cas de défaillance du locataire. Le garant peut être une personne physique (parent, ami, collègue, etc.) ou une personne morale (entreprise, employeur, etc.). Dans un cas comme dans l’autre, le locataire doit trouver un garant qui remplit les critères de solvabilité exigés par le bailleur (revenus stables et ressources suffisamment importantes pour honorer les dettes locatives en cas d’impayés).

  • Avantages : solution privilégiée par les bailleurs en règle générale, particulièrement pour les profils étudiants.
  • Inconvénients : pas toujours évident de trouver un proche qui réponde aux critères de ressources, risque financier pour le garant qui s’engage.

2. Louer sans CDI ni garant : les alternatives

Recourir à la Garantie Visale d’Action Logement

Proposée depuis 2016 par l’organisme Action Logement, la Garantie Visale a pour objectif de faciliter l’accès au logement des profils dits « précaires ». Ce dispositif permet à tous les jeunes de moins de 30 ans ainsi qu’aux salariés de plus 30 ans éligibles de bénéficier d’une caution gratuite pour appuyer leur dossier de location.

  • Avantages : facilité de mise en oeuvre et couverture des impayés jusqu’à 36 mois permettant ainsi au propriétaire de s’exonérer d’une assurance loyers impayés (GLI).
  • Inconvénients : critères d’éligibilité relativement stricts et garantie parfois refusée par les propriétaires.

Faire appel à un organisme garant privé

Des organismes garants tels que Garantme, Unkle ou Cautioneo peuvent se porter caution en échange d’une rétribution financière correspondant à un pourcentage du montant du loyer annuel (charges comprises).

  • Avantages : solution idéale si aucun proche ne peut se porter garant ou en cas d’inéligibilité à la Garantie Visale, réponse rapide sous 24 heures et protection immédiate en cas d’impayés.
  • Inconvénients : coût relativement élevé pour le locataire (exemple : 252 €/an environ pour un loyer mensuel de 600 € CC).

Opter pour la caution bancaire

Si vous disposez d’une épargne conséquente, la caution bancaire peut être une solution pour sécuriser votre futur propriétaire. En effet, il s’agit de verser une somme d’argent (environ un à deux ans de loyers) sur un compte bloqué qui servira si besoin à rembourser les dettes locatives en cas d’impayés.

  • Avantages : garantie fiable pour le bailleur car l’argent peut être débloqué dès le premier impayé du locataire, caution facilement accessible sans avoir recours à un proche.
  • Inconvénients : dispositif qui n’est pas proposé par tous les organismes bancaires, nécessité d’avoir à disposition une somme à bloquer et frais de tenue de compte en supplément de la somme déposée (environ 30 €/mois)

3. Intégrer une colocation

La colocation peut être une bonne option pour obtenir un logement sans CDI tout en profitant d’un loyer plus abordable. Même si vous résidez à plusieurs dans le bien, vous bénéficiez tout de même d’une chambre et de fait d’une certaine indépendance. Pour trouver une place dans une colocation, n’hésitez pas à vous tourner vers des plateformes dédiées comme Roomster, La carte des colocs ou Appartager.

  • Avantages : loyer plus faible, accession au logement possible sans CDI ni garant.
  • Inconvénients : manque de tranquillité, partage des espaces communs, désaccords éventuels entre colocataires, etc.

4. Privilégier les offres en direct avec le propriétaire

Il est plus facile de discuter et négocier avec un particulier plutôt qu’une agence immobilière qui n’a d’autres choix que d’appliquer des critères stricts (emploi stable, revenus supérieurs à 3 fois le montant du loyer, etc.). Pour cela, vous pouvez vous orienter vers des sites comme Le bon coin, Entreparticuliers ou PAP. Pour convaincre et rassurer le propriétaire du bien, faites en sorte de présenter un dossier de location clair auquel vous pouvez joindre une lettre exposant votre situation actuelle et vos aspirations professionnelles. En procédant ainsi, vous prouvez votre sérieux et mettez toutes les chances de votre côté pour gagner la confiance du bailleur.

  • Avantages : pas de frais d’agence, propriétaire plus accessible.
  • Inconvénients : moins de biens disponibles, difficultés en cas de litiges.

Vous pouvez également suggérer au propriétaire de souscrire une garantie loyers impayés qui le couvrira en cas de défaut de paiement.

5. Déposer son dossier sur des sites de mise en relation avec des propriétaires

Aujourd’hui, il existe également des sites spécialisées dans la mise en relation entre bailleurs et locataires pourvus d’algorithmes similaire à ceux des sites de rencontres. Ainsi, les locataires constituent un dossier en ligne en renseignant leur profil et en indiquant leurs critères de recherche. En parallèle, le bailleur procède de la même façon en mentionnant les caractéristiques du logement et en précisant le type de locataire qu’il recherche (non fumeur, étudiant, garant, etc). Une fois l’ensemble des exigences examinées, les données sont alors analysées puis croisées pour aboutir au “match” parfait.

  • Avantages : la situation financière n’est pas le seul critère pris en compte pour l’attribution du logement, meilleure relation entre le propriétaire et le locataire.
  • Inconvénients : ne pas être dans l’urgence car il faudra parfois faire preuve de patience.

6. Faire des concessions sur le logement

Pour espérer décrocher un logement sans CDI, il est judicieux de revoir dans un premier temps ses exigences à la baisse en :

  • choisissant une zone moins recherchée et par conséquent plus abordable ;
  • sélectionnant un bien nécessitant quelques travaux de réfection ;
  • optant pour un appartement en étage dans une résidence sans ascenseur ;
  • acceptant la présence d’un vis-à-vis ;
  • etc.

Bien souvent, en vous positionnant sur des biens moins prisés vous vous heurterez à moins de concurrence. Ces quelques sacrifices, qu’ils soient d’ordre géographiques ou esthétiques vous permettront de décrocher plus facilement un bien sans avoir un CDI.

Attention toutefois à ne pas accepter pour autant un logement insalubre !

Profiter des dispositifs d’aide à l’emménagement de l’État

Bien que ces différentes aides ne vous aideront pas à signer un contrat de location, cela vous donnera un coup de pouce appréciable pour financer votre déménagement ou le dépôt de garantie.

Les aides d’Action logement

  • L’avance Loca-Pass : une aide pour financer le dépôt de garantie au moyen d’un prêt à taux 0% remboursable sur 25 mois ;
  • L’aide Mobili-Pass : une subvention destinée aux salariés qui a pour objectif de financer les frais liés à une mutation professionnelle ;
  • L’aide Mobili-Jeune : une prise en charge du loyer comprise entre 10 et 100 € par mois à destination des jeunes alternants âgés de moins de 30 ans ;
  • L’aide Aide Mon job, Mon logement : une aide au déménagement de 1000 € dédiée aux salariés qui viennent de signer un nouveau contrat de travail dans le cadre d’un premier emploi ou d’un retour à l’emploi après une période de chômage.

Les autres aides de l’État

  • Les APL (aides personnalisées au logement) versées chaque mois par la CAF sous conditions de ressources ;
  • La prime de déménagement de la CAF pour les familles : il s’agit d’une aide d’environ 1000 € accordée aux familles nombreuses qui déménagent à l’arrivée d’un nouvel enfant.

Voir aussi :

4 solutions pour louer sans garant
Comment réagir à un commandement de quitter les lieux ?
Les documents à fournir par le garant d’une location
Le pré-état des lieux de sortie en location
Trêve hivernale 2022 : dates et règles en vigueur
Modèle de lettre pour se porter garant en location

Cet article a été confectionné avec beaucoup de soin et d’attention par nos experts afin de vous offrir un éclairage sur le monde de l’assurance. Néanmoins, celui-ci n’a pas vocation à se soustraire aux conseils de professionnels juridiques et immobiliers.