Hypothéquer sa maison pour obtenir un crédit immobilier

Vous souhaitez hypothéquer votre maison pour obtenir un crédit immobilier ? On vous explique tout !

    Vous envisagez de demander un crédit immobilier ? Avant de vous l’accorder, les établissements bancaires vous demanderont une garantie afin d’être certaines d’être remboursées en cas de pépin. Hypothéquer son logement pour obtenir un prêt immobilier peut ainsi être une solution. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? On vous explique tout !

    Hypothéquer son bien immobilier : qu’est-ce que c’est ?

    Cette garantie, réservée exclusivement aux propriétaires d’un bien immobilier, donne un droit de revente d’un bien à l’établissement prêteur, lorsque l’emprunteur ne peut plus rembourser ses échéances de prêt.

    Pour en savoir plus sur l’hypothèque, découvrez notre article dédié : L'hypothèque comme garantie du prêt immobilier !

    Vous souhaitez recevoir nos conseils et bons plans ?

    Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir le meilleur de Luko dans votre boîte mail.

    L’hypothèque est-elle obligatoire ?

    L’hypothèque n’est en aucun cas une obligation, excepté dans quelques situations où les établissements bancaires peuvent l’imposer, notamment pour une demande de :

    • PAS (Prêt à l’Accession Sociale) ;
    • PTZ (Prêt à Taux Zéro) associé à un PAS ;
    • prêts 110 % (les prêts sans apport personnel).

    Si votre profil emprunteur est considéré comme à risque, la banque pourra aussi vous imposer la souscription d’une hypothèque en garantie.

    Notez toutefois que, peu importe votre situation, la banque demandera systématiquement une garantie de prêt immobilier pour octroyer un emprunt et donc pour récupérer les sommes dues en cas de besoin.

    En règle générale, les emprunteurs optent plutôt pour des garanties moins impliquantes et moins coûteuses :

    Le saviez-vous : de nos jours, seulement 12 % des emprunteurs ont recours à une hypothèque pour garantir leur prêt immobilier.

    Quelles conditions pour emprunter avec ce type de garantie ?

    Pour hypothéquer un bien immobilier, 3 conditions doivent être réunies :

    • être propriétaire d’un bien immobilier d’habitation valant au moins 400 000 €, libre de tout crédit ou quasiment remboursé ;
    • déterminer ses besoins : le montant à emprunter doit être supérieur à 200 000 € et l’objet du prêt doit être précisé ;
    • l’emprunteur doit avoir versé sa dernière mensualité avant d’avoir atteint l’âge de 90 ans.

    Dans le cadre d’une hypothèque, sachez qu’il est parfois possible d’emprunter jusqu’à 70 % de la valeur du bien d’habitation apporté en garantie.

    Pourquoi choisir l’hypothèque ?

    Les avantages

    L’hypothèque peut permettre :

    • d’obtenir un prêt lorsque vous n’arrivez pas à obtenir une assurance emprunteur en raison d’un problème de santé ou de votre âge par exemple (sous réserve de l’accord de la banque) ;
    • d’augmenter la capacité d’endettement puisque le montant du prêt sera accordé en fonction de la valeur du bien hypothéqué ;
    • d’avoir une durée de remboursement plus longue (jusqu’à 30 ans) ;
    • si le bien immobilier garanti n’est pas destiné à être revendu avant la fin de votre prêt immobilier, l’hypothèque est levée automatiquement à la fin du remboursement et vous évitez les frais de mainlevée.

    Les inconvénients

    • Les frais élevés de mise en place de l’hypothèque qui concernent généralement : les honoraires du notaire pour la rédaction de l’acte, la taxe de publicité foncière obligatoire, les frais annexes correspondant aux bordereaux hypothécaires, les copies exécutoires et autres documents officiels). En moyenne, le coût d’une hypothèque représente plus ou moins 2 % du coût total d’un emprunt ;
    • le coût de la mainlevée d’hypothèque en cas de remboursement de prêt anticipé restant à la charge de l’emprunteur ;
    • le risque de saisie de votre bien immobilier si aucune autre solution de recouvrement n’a été trouvée.

    Vous hésitez entre l'hypothèque, la caution et le privilège du prêteur de deniers ? Rendez-vous sur nos articles dédiés pour tout savoir sur ces garanties !

    Les démarches à réaliser

    La procédure de mise en place

    L’hypothèque doit obligatoirement être souscrite devant un notaire. En effet, c’est un acte notarial.

    Même si la procédure est onéreuse, elle est assez simple puisque le notaire gère absolument tout : l’enregistrement et la publication au Service de Publicité Foncière.

    Pour être accepté, cet acte notarial devra préciser notamment :

    • le montant garanti par l’hypothèque (incluant les intérêts) ;
    • le délai de remboursement prévu ;
    • la nature du bien hypothéqué.

    La levée d'hypothèque

    La levée d’hypothèque permet d’enlever le contrat pesant sur le bien immobilier afin qu’il ne soit plus possible pour la banque de le saisir. Grâce à un acte juridique, la banque donne ainsi son accord pour lever l’hypothèque.

    Le notaire rédigera ensuite un acte authentique afin de faire la levée d’hypothèque :

    Notez que la levée d’hypothèque se fait automatiquement 1 an après le terme de votre crédit immobilier (sans frais, ni formalités) !

    Le prix de l'hypothèque

    Pour calculer le coût de votre hypothèque, différents frais sont à prendre en compte, tels que :

    • les frais de notaire ou émoluments (TTC) ;
    • la contribution à la sécurité immobilière, qui représente en moyenne 0,05 % du montant du prêt ;
    • la taxe sur la publicité foncière, soit 0,75 % environ du montant de votre emprunt ;
    • les différents émoluments de formalités et débours : inscription de l’hypothèque, rédaction du dossier, etc. ;
    • les éventuels frais de mainlevée en cas de remboursement anticipé du crédit.

    Pour effectuer une simulation personnalisée du coût de votre hypothèque, rendez-vous sur le simulateur en ligne de l’ANIL !

    Qui paie ces frais ?

    Comme évoqué ci-dessus, c’est l’emprunteur qui aura à sa charge les frais de mise en place et de levée d’hypothèque.

    Comment les éviter ?

    Les frais de mise en place ne peuvent pas être évités. Toutefois, les frais de mainlevée d’hypothèque pourront l’être si vous :

    • attendez la fin du crédit pour bénéficier d’une mainlevée gratuite et automatique ;
    • faites racheter votre prêt immobilier par un organisme de crédit qui ne demande pas d'hypothèque sur le bien.

    Voir aussi :

    Hypothèque ou caution : choisir sa garantie
    Renégocier son assurance prêt immobilier
    PPD ou hypothèque : quelle garantie choisir ?
    Loi Murcef : quel impact sur l'assurance emprunteur ?
    Les frais de garantie du prêt immobilier
    Que faire en cas de refus d'assurance de prêt immobilier ?

    Cet article a été confectionné avec beaucoup de soin et d’attention par nos experts afin de vous offrir un éclairage sur le monde de l’assurance. Néanmoins, celui-ci n’a pas vocation à se soustraire aux conseils de professionnels juridiques et immobiliers.