Arnaque à la location : apprendre à les repérer

Comment éviter d'être victime d'une arnaque à la location sur les plateformes en ligne ?

Obtenir mon prix

Les plateformes d'annonces en ligne sont devenues en quelques années le terrain de jeu de prédilection des cybercriminels et ce phénomène n'épargne pas le secteur de l'immobilier. Malgré les dispositifs mis en place par les sites d'annonces et les pouvoirs publics, tous les ans des milliers de prétendants locataires sont victimes d'arnaques à la location. Alors comment détecter ces offres frauduleuses ? Et surtout comment éviter de se faire duper ? On vous dit tout sur les techniques employées par ces malfaiteurs et les indices qui doivent vous alerter.

En quoi consiste une arnaque à la location ?

La plupart des arnaques à la location consiste à pousser un candidat locataire à envoyer une somme d'argent correspondant généralement au montant du dépôt de garantie. Pour y parvenir, l'arnaqueur se fait passer pour un propriétaire-bailleur proposant un bien à louer via une plateforme d'annonces type Le Bon Coin. Tout l'enjeu du stratagème consiste donc à mettre en confiance la future victime afin de lui soutirer de l'argent avant de disparaître. Dans la majorité des cas, il s'agit d'une fausse annonce mettant en avant un bien inexistant ou indisponible.

Très souvent, ces offres frauduleuses ciblent des étudiants désemparés face à la pénurie de biens à la location dans les grandes villes. Depuis quelques années, le nombre d'escroqueries via les annonces de location est en constante hausse. Rien qu'au premier semestre 2021, on enregistre une augmentation de 17 % par rapport à l'année précédente.

Consultez nos 5 conseils pour trouver rapidement un logement étudiant et éviter les déconvenues dans vos recherches !

Vous souhaitez recevoir nos conseils et bons plans ?

Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir le meilleur de Luko dans votre boîte mail.

Les arnaques immobilières les plus courantes

Les arnaques au mandat cash

L'arnaque la plus fréquente consiste à harponner le futur locataire en lui proposant un bien séduisant au loyer très attractif, généralement en dessous des prix du marché. L'annonce est souvent assortie de belles photos et d'une description précise et soignée, en bref tout pour faire rêver, en tout cas sur le papier ! Lorsque vous prenez contact avec le propriétaire, vous obtenez en retour une réponse (trop) rapide vous demandant d'envoyer des justificatifs ainsi que le versement d'une somme censée bloquer le bien. Bien souvent, le soi-disant propriétaire justifie cette demande en prétextant qu'il ne réside pas sur place ou qu'il ne souhaite pas se déplacer pour rien.

Dans la majorité des cas, le faux propriétaire exige le transfert de la somme en cash via :

  • Western Union ;
  • MoneyGram ;
  • Neosurf ;
  • Transcash ;
  • Toneo First.

Bien sûr, une fois l'argent encaissé, l'escroc se volatilise dans la nature sans laisser de traces.

Depuis 2017, il n'est plus possible d'effectuer de transfert d'argent par mandat cash urgent via les services de la Poste. Une telle demande doit vous mettre la puce à l'oreille car sans aucun doute il s'agit d'une personne malveillante qui cherche à profiter de votre crédulité.

La mise en location d'un bien dont la personne n'est pas propriétaire

Certains arnaqueurs vont encore plus loin n'hésitant pas à louer un bien sur Airbnb pour réaliser des visites factices en vue de mettre en confiance les futurs locataires. À l'issue de cette visite, le faux propriétaire vous propose généralement de signer un contrat de location en échange du versement du premier loyer et du dépôt de garantie.

Pour éviter d'être victime de cette arnaque bien huilée, il est conseillé au moindre doute de demander une copie de sa taxe foncière au propriétaire afin de s'assurer de sa bonne foi.

En tout état de cause, il est recommandé de ne verser aucune somme somme d'argent avant la remise des clés.

L'usurpation d'identité grâce au dossier locataire

Afin de ne pas susciter de méfiance de la part de leurs futures victimes, ces cybercriminels originaires principalement d'Afrique de l'ouest se font passer pour des propriétaires français via une usurpation d'identité. Ils procèdent généralement de la même manière que pour les arnaques citées précédemment en postant une annonce alléchante, la plupart du temps à destination des étudiants. Sous prétexte d'étudier le dossier, l'escroc demande à la victime de lui envoyer des justificatifs d'identité ainsi que des factures dans le but de réutiliser par la suite ces documents. Ces papiers d'identité leur permettent ainsi d'ouvrir facilement des comptes bancaires en ligne et de justifier si besoin d'une résidence française.

Pour vous prémunir de ce risque, il est recommandé de ne fournir ces pièces qu'à l'issue de la visite et de préférence en main propre au propriétaire ou à l'agent immobilier. Dans le cas où l'envoi par courrier ou mail est inévitable, vérifiez au préalable l'identité et la légitimité de votre interlocuteur. Une autre astuce consiste à inscrire la date et l'objet de la transaction directement sur le document comme ceci : « Document envoyé le 30/11/2021 pour la constitution d'un dossier de location adressé à [nom du destinataire]. »

Il est également possible de constituer son dossier de location via la plateforme en ligne DossierFacile.fr qui protègera vos données personnelles d'une éventuelle utilisation frauduleuse en recouvrant vos documents de filigranes.

Autres éventuelles arnaques courantes

Les sites miroirs : il s'agit de sites imitant un site web légitime dont l'objectif est de mêler de véritables annonces à de fausses annonces. Pour éviter de vous faire berner, n'oubliez pas de regarder l'adresse URL de la page ainsi que le nom de domaine au préalable. Référez-vous à notre top 9 des applications pour trouver un logement, vous éviterez ainsi les arnaques au site miroir.

Les faux mails : si vous avez visité des sites d'annonces en ligne pendant la journée et que vous recevez dans la soirée un mail d'une agence immobilière correspondant exactement à vos critères de recherche, méfiez-vous ! Il peut s'agir de personnes malveillantes qui cherchent à vous amadouer.

Les propriétaires qui résident « à l'étranger » : si le propriétaire vous indique qu'il est expatrié et qu'il ne peut pas se déplacer pour vous faire visiter le bien avant la signature du bail de location, alors fuyez ! D'autant plus s'il vous promet de vous envoyer les clés par courrier ou via un intermédiaire après le paiement du dépôt de garantie.

Propriétaires, comment prévenir vacance et carence locative ?

Comment se protéger ?

Attention aux offres trop belles (pour être vraies)

Au risque de vous décevoir, sachez qu'il n'existe pas de bonnes affaires dans l'univers sans pitié de l'immobilier. Et si c'est le cas, cela cache forcément quelque chose. Alors pour ne pas vous faire avoir par des personnes sans scrupules, voici quelques points qui doivent vous alerter :

  • un loyer anormalement bas par rapport à la superficie du logement ou à son emplacement ;
  • de superbes photos dignes d'un magazine de déco ;
  • une annonce (trop) bien rédigée mettant en avant des prestations exceptionnelles.

N'envoyez jamais d'argent avant d'avoir vu le logement ni même signé de contrat de location

Que vous passiez par un particulier ou une agence immobilière, aucune somme d'argent ne peut légalement être réclamée avant la signature du bail. Voilà pourquoi, il convient d'être prudent si l'on vous demande un versement avant même la visite du bien. Si en plus, le prétendu propriétaire vous impose de réunir la somme en liquide ou d'effectuer un transfert via un mandat cash, il convient de mettre fin à l'échange immédiatement.

Dans une transaction immobilière régulière, le versement du dépôt de garantie et du premier loyer s'effectuent exclusivement par virement bancaire ou par chèque.

Méfiez-vous des situations d'urgence

L'une des techniques employées par les arnaqueurs consiste à mettre la pression aux futurs locataires en leur donnant l'impression qu'ils vont passer à côté d'une bonne affaire. Ils n'hésitent pas à leur signaler que s'ils n'agissent pas immédiatement, le bien sera attribué à la personne suivante. En insistant ainsi sur ce sentiment d'urgence, cela leur permet de conclure la transaction rapidement sans laisser le temps au futur locataire de réfléchir posément. Cette pratique douteuse est clairement le signe que vous avez affaire à un escroc.

Effectuez des vérifications

Avant d'envoyer des documents personnels ou de procéder à un règlement pour réserver un logement, il est essentiel de se renseigner sur le propriétaire ou l'agence de location.

Le loueur est un particulier

  • Rentrez l'identité du propriétaire, nom et prénom, sur un moteur de recherche généraliste.
  • Faites le tour des réseaux sociaux tels que Facebook, Linkedln ou Instagram.
  • Utilisez les annuaires Web pour vérifier ses coordonnées.

La location passe par une agence immobilière

  • Assurez-vous en premier lieu que l'agence ait bien pignon sur rue.
  • Effectuez une recherche sur le site Societe.com pour vérifier que l'entreprise soit bien enregistrée à la chambre de commerce.
  • Si l'agence dispose d'un site internet, allez jeter un œil aux mentions légales.
  • Vérifiez les avis sur internet via Google My Business ou Trustpilot par exemple.

Attention aux documents que l'on vous demande

Vous vous demandez quels sont les documents à fournir obligatoirement au loueur ? Voici la liste des seules pièces exigées pour constituer votre dossier de location :

  • une photocopie de votre pièce d'identité ou de votre passeport ;
  • une copie de vos trois derniers bulletins de salaire ou de vos deux derniers bilans si vous êtes travailleur indépendant ;
  • un justificatif de domicile (facture d'énergie, avis de taxe d'habitation, quittance de loyer, etc.).

Cela signifie que si l'on vous réclame d'autres documents personnels (RIB, livret de famille, relevé de compte, etc.), c'est certainement pour en faire un usage illicite.

Que faire si vous repérez une annonce frauduleuse ?

La majorité des sites d'annonce vous permettent de signaler une annonce douteuse via un bouton prévu à cet effet. Cliquez dessus et indiquez le motif de votre signalement : prix de l'annonce trop faible, demande de transfert d'argent, demande d'envoi d'informations personnelles, etc.

Il est également possible de signaler de fausses annonces en ligne via le portail Internet signalement ou en contactant directement Info Escroqueries au numéro suivant : 0 805 805 817.

Que faire si vous pensez avoir été victime d'une arnaque ?

Dans le cas où vous considérez être victime d'une escroquerie, il convient alors d'aller porter plainte au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche de chez vous. Lors du dépôt de plainte, veillez bien à apporter tous les éléments se rapportant à cette transaction frauduleuse : échanges par mail, documents attestant du transfert d'argent, coordonnées de l'interlocuteur, etc. Même s'il y a peu de chances que votre plainte aboutisse, ce signalement contribue à éviter que d'autres personnes ne soient elles aussi victimes de cette arnaque.

Voir aussi :

Réparations locatives : les travaux d'entretien à la charge du locataire
Vacances : les 5 erreurs à éviter sur les réseaux sociaux
Porte blindée : efficacité, normes et prix
Assurance et télétravail : êtes-vous bien couvert ?
Prévenir les risques d'incendie domestique
5 raisons d'installer la vidéosurveillance chez soi

Cet article a été confectionné avec beaucoup de soin et d’attention par nos experts afin de vous offrir un éclairage sur le monde de l’assurance. Néanmoins, celui-ci n’a pas vocation à se soustraire aux conseils de professionnels juridiques et immobiliers.